10 décembre: le don de la fidélité, la joie de la persévérance

Nous sommes heureux de vous envoyer, en pièce jointe,

le programme de la présentation en ligne du document de ce Dicastère

 

Le don de la fidélité, la joie de la persévérance

le jeudi 10 décembre prochain de 15h à 18h (depuis Rome)

 

Comme la pandémie nous empêche de faire la présentation en mode présentielle,

pour la première fois, nous pouvons l’offrir non seulement à ceux qui sont à Rome, mais aussi à beaucoup plus de personnes grâce au canal You tube.  Nous vous demandons de partager cette

invitation à tous les consacrés (ées) de votre pays.

Sur le site de notre Dicastère www.congregazionevitaconsacrata.va, vous pouvez

trouver le lien pour vous connecter en double-cliquant sur l’icône de présentation, puis sur le

drapeau indiquant la langue de préférence.

Le pape François, dans la récente encyclique Fratelli tutti, nous invite à rêver ensemble : « Voici une belle occasion pour rêver et faire de notre vie une belle aventure. Personne ne peut affronter la vie de façon isolée […] Nous avons besoin d’une communauté qui nous soutient, qui nous aide et dans laquelle nous nous aidons mutuellement à regarder vers l’avenir. Comme il est important de rêver ensemble ! […]”(N. 8).

Nous sommes convaincus que la présentation de ce livre est un espace pour rêver ensemble d’une vie consacrée plus fidèle, plus joyeuse et plus persévérante.

Daniela Leggio

La présidente nous écrit

La Présidente Valeria nous écrit une lettre que vous pouvez trouver dans le lien ci-dessous.

Elle nous informe également que ces rendez-vous sont suspendus:

  • Les journées de formation et de spiritualité à Brescia les 1er, 2 et 3 mai 2020 pour les Directrices, les Représentantes légales de la Compagnie, les Vice-Directrices, les Conseillères, les Responsables de la formation initiale et continue.
  • Le Congrès international de la Fédération prévu du 24 au 28 juillet 2020 à l’Abbaye de Novacella (Bolzano/Bressanone)

[av_button label=’Lettre de la Présidente’ icon_select=’yes’ icon=’ue836′ font=’entypo-fontello’ size=’small’ position=’left’ label_display= » title_attr= » color=’theme-color’ custom_bg=’#444444′ custom_font=’#ffffff’ link=’manually,https://www.istitutosecolareangelamerici.org/wp-content/uploads/2020/04/Lettre-2020-marzo.pdf’ link_target=’_blank’ id= » custom_class= » av_uid=’av-2jr6ca’ admin_preview_bg= »]

 

Chers consacrés, hommes et femmes…

Nous vous transmettons la Lettre de la Congrégation pour les « Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique » envoyée à toutes les personnes consacrées à l’occasion du temps particulier du Carême que nous vivons.

[av_button label=’Lettre’ icon_select=’yes’ icon=’ue836′ font=’entypo-fontello’ size=’small’ position=’left’ label_display= » title_attr= » color=’theme-color’ custom_bg=’#444444′ custom_font=’#ffffff’ link=’manually,https://www.istitutosecolareangelamerici.org/wp-content/uploads/2020/04/Chers-consacrés-et-consacrées.pdf’ link_target=’_blank’ id= » custom_class= » av_uid=’av-2n2ch6′ admin_preview_bg= »]

 

 

Le groupe du Kenya s’agrandit

Le Groupe du Kenya a fait un pas en avant important le 29 novembre 2019, lorsque Perpétue a fait sa consécration à vie à Nairobi. Perpétue a été la première kenyane de la Compagnie de Sainte-Ursule. En 2011, elle a contacté la Fédération avec une demande pour commencer ce style de vie. En 2012, la Présidente (alors Maria Rosa Razza) et son Conseil ont accepté la demande de Perpétue. La Présidente a nommé Mary-Cabrini Durkin, une Conseillère, pour la guider, à travers des conversations bimensuelles sur Skype et des visites annuelles.

Le Groupe s’est développé. Eunice est entrée en 2014 et a fait sa première consécration en 2016. Leah et Esther ont fait leur entrée en probation en 2018, et Jacinthe a commencé un processus de transfert d’une congrégation religieuse. Elles se rencontrent tous les mois; Mary-Cabrini les rejoint par Skype. Trois autres femmes sont en discernement de leur vocation.

Des chants et des danses joyeux ont rempli la chapelle du Centre de Retraite de Savelberg lors de la récente cérémonie. Les amis et les parents de Perpétue étaient présents. Ses sœurs l’ont conduite à l’autel. Mary-Cabrini a reçu sa consécration comme déléguée de Valeria, maintenant Présidente de la Fédération.

Le Père Terry Charlton, S.J., célébrait la messe. Les novices des religieuses Ursulines, avec leur supérieure et la provinciale, ont formé la chorale, rejointes par des membres de la Compagnie.

Après la messe, d’autres danses et beaucoup de rires ont accompagné un repas de fête.

L’engagement à vie de Perpétue implante, encore plus profondément au Kenya, les racines de la  » vigne  » : la Compagnie de Sainte-Ursule.

 

Anniversaire de la Compagnie 2019

25 novembre 1535 – 25 novembre 2019

C’est devenu une tradition heureuse de se retrouver à Brescia pour célébrer « l’anniversaire de la Compagnie » ! Aux pieds de la Mère et Fondatrice sainte Angèle Mérici, nous nous sommes retrouvées, un beau groupe de Filles et de Compagnes animées par le désir de remercier l’Esprit Saint qui « a inspiré dans le cœur de notre Sainte Mère cette nouvelle forme de vie admirable ».

Ce n’était pas seulement un « rendez-vous » sentimental, bien que riche de la joie de la rencontre, mais une occasion privilégiée pour réfléchir sur notre vie de femmes qui avons répondu « aujourd’hui » à une vocation particulière. A cet appel particulier, don de Dieu, nous avons répondu en choisissant de rester dans le monde au « service de Sa Divine Majesté ».

Le monde : « Dans ce changement d’époque, quelle sensibilité féminine ? pour dire que nous nous intéressons avant tout à ce qui concerne la femme, la jeune femme, l’adolescente…. ».

Sœur Eliana, religieuse Canossienne, nous a guidées dans la « découverte » et la compréhension de ces changements, avec une relation pleine de stimulations et de sollicitations pour approfondir, pour nous interroger….

Dans l’après-midi, un autre moment particulier de partage : certaines des plus jeunes ont écrit une lettre à sainte Angèle exposant les joies, les peurs, l’enthousiasme, les difficultés que chacune garde dans son cœur et confie aujourd’hui à la Madre.

…Et enfin….une « représentation » intéressante qui voulait mettre en scène, de manière visuelle, simplement, l’histoire des premières Filles qui, le 25 novembre 1535, ont apposé leur signature sur le cahier : avec cette signature, elles ont lié leur vie à Dieu pour toujours et ouvert une nouvelle voie pour nous.

La Présidente et la Vice-Présidente rencontrent les sœurs en Ethiopie

Le témoignage de Mère Abrehet, Ursuline et supérieure locale en Ethiopie

 

« Loué soit le Seigneur :

Il est beau de chanter à notre Dieu,

Il est doux de le louer comme cela lui convient.

(PS 147, 1)

 


Le 6 novembre 2019, Valeria Broll, la nouvelle présidente de la Compagnie de Sainte-Ursule Institut Séculier de Sainte Angèle Mérici, arrive en Ethiopie avec l’ancienne présidente Maria Rosa Razza, d’Italie.

Nous les avons accueillies avec joie et fraternité à Addis Abeba-Bole dans la communauté « Regina Pacis », siège de notre délégation.

Dans les jours qui ont suivi, le groupe des Angelines a rencontré ses responsables dans le hall de la maison de notre délégation. Freweini, une jeune Angeline d’Erythrée, venue d’Asmara et qui est ici avec nous ces jours-ci pour des raisons de santé, a également pu être avec elles.

Selon le groupe, ce furent de très beaux jours de croissance et elles ont trouvé une aide précieuse pour vivre leur Consécration avec fidélité et profondeur au milieu du monde.

Parmi le groupe se trouvait Tiblez Kahsay, une compagne qui se préparait à se consacrer à Dieu.

Le 9 novembre 2019, à 10 heures, dans la chapelle de la délégation, le rite de la Consécration à vie de Tiblez Kahsay s’est déroulé au cours de la célébration eucharistique présidée par Abba Bazezezew, supérieur des Pères cisterciens.

Les Angelines et un bon nombre d’Ursulines des communautés de Bole, Gerji et Shola étaient présentes pour animer la liturgie avec des chants.

Dans son homélie, le célébrant a parlé de manière très profonde et pratique de la vie consacrée, et en particulier des trois vœux. Il a dit entre autre :

« Dieu a choisi chacun d’entre nous par pure gratuité, sans aucun mérite de notre part. Si notre vie n’est pas fondée sur le rocher ferme qu’est le Christ, qui nous fait rester au couvent, prononcer les trois vœux, s’il n’y a pas la vie ? Quelle est la valeur de mes études, de mon diplôme, de mon grade, si je ne vis pas une union profonde avec le Christ ? Nous sommes appelés à être saints et à sanctifier les autres par une prière intense et un témoignage de vie ».

Après le sermon, Tiblez prononça son « Oui » pour la vie, à Dieu, et apposa sa signature à l’autel.

Suor Abrehet Kahsay

Ethiopie : le groupe des Ursulines séculières

Le groupe d’Ethiopie est né en septembre 1985, grâce à l’intérêt du Père Stefano Kidane, supérieur des moines cisterciens de Mendida.

Le Père Stefano venait de rentrer d’Italie pour une conférence de son Institut et à la Certosa de Pavie il avait rencontré une fille de Sainte Angèle qui y était en service : M. Santina Fiorani de la Compagnie de Pavie.

De Santina, le Père Stefano reçoit la Règle de Sainte Angèle Mérici qu’il emmènera en Ethiopie et, plus tard, en Erythrée.

Quand il arriva à Mendida, il voulut immédiatement rencontrer Maddalena Zergaw pour lui dire que, selon lui, la Règle était tout à fait adaptée à son cas et qu’il serait content si elle faisait partie de la Compagnie.

Maddalena, après lui avoir longuement parlé, comprend de plus en plus que le chemin de Sainte Angèle serait le sien. Elle sera la première fille séculière de Sainte Angèle en Afrique.

Elle traduisit bientôt la Règle de Sainte Angèle en amharique, la langue de l’Ethiopie. Elle a été imprimée et distribuée à quelques personnes qui voulaient déjà s’engager dans cette voie.

Le groupe, né avec Magdalena à Mendida, a été suivi par la Fédération des Compagnies de Sainte Ursule, Institut Séculier de Sainte Angèle Merici. Au fil des ans, plusieurs femmes (jusqu’à une douzaine)  la majorité d’Addis-Abeba. Malheureusement, la distance qui les séparait et un certain manque d’organisation des rencontres et de formation, quelques deuils précoces… n’ont pas permis au groupe de grandir et de se renouveler.

Cependant, la grande spiritualité de Magdalena, avec sa santé toujours précaire, le désir de Hanna d’agir, la bonne volonté des autres participantes, les visites et les diverses rencontres de formation répétées au cours des années avec les présidentes qui se sont succédées (Moser, Dalmasso, Razza, Broll) et quelques conseillières de la Fédération…il a été possible de garder ce groupe. En effet, cette année

(novembre 2019) une consécration pour la vie a été accueillie. Il y a actuel

lement 6 compagnes

Il faut dire que c’est un miracle du Seigneur si ce groupe persiste, malgré la pauvreté des ressources et des gens. Il le veut et Sainte Angèle l’accompagne.

Un remerciement particulier va aux Pères cisterciens qui, dans leurs supérieurs, ont toujours suivi et accompagné le groupe ; aux Sœurs de la Providence (Mgr F. Torta) Mendida-Debre Berhan (qui ont accueilli les Italiennes dans leur séjour à Mendide) et surtout aux Soeurs Ursulines de Gandino. Dès le début, les Ursulines ont accueilli les responsables de la Fédération à Addis-Abeba comme des sœurs très chères, avec beaucoup d’affection et un partage total.

Nous avons une Mère commune, Sainte Angèle, et l’unité est notre force et notre espoir, y compris pour l’avenir des Ursulines séculières d’Ethiopie.

Nous croyons en la promesse de sainte Angèle : « La Compagnie durera aussi longtemps que durera le monde »!

Mgr Zito est retourné à la maison du Père

Aujourd’hui, 8 octobre, le Vice-assistant du Conseil de la Fédération, Mgr Gaetano Zito, est retourné à la maison du Père. Nous l’accompagnons de nos prières et de nos remerciements pour tout ce qu’il a fait pour nous.


 » Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris, comme il a plu au Seigneur, ainsi c’est arrivé « .

Souvenez-vous de lui comme vous le voulez…. comme un « grand homme de culture », un « savant de renom », un intellectuel de culture très solide, un « excellent historien » … il était tout cela et même plus encore. Mais pour moi, il a toujours été un vrai père, un ange que notre Seigneur, dans son infinie miséricorde, a mis sur mon chemin. Non… Je suis sûre que devant le Seigneur tous les beaux titres que nous, les hommes, nous revendiquons tant de posséder, ne valent pas la peine ! Parce qu’à la fin, tout passe… N’est-ce pas ? L’amour demeure ! L’amour et la passion avec lesquels nous vivons. La grande et vaste culture qui lui est attribuée n’est pas restée en lui quelque chose de purement intellectuel ou d’abstrait, mais avec une intelligence admirable, il a réussi à l’appliquer dans ses gestes quotidiens. La grande connaissance qu’il possédait ne servait qu’à démontrer le caractère concret des réalités célestes. Le tout agrémenté d’un grand sens de l’humour et d’une grande charité. Pour moi, il sera toujours un grand homme de Dieu. Un saint prêtre. Un simple père. Un ange discret….

Une compagne de Catane

Le pape François à Madagascar

Nous partageons avec joie l’histoire d’une de nos soeurs de Madagascar qui a participé aux moments organisés à l’occasion de la visite du pape François lors de son 31e voyage apostolique.

Mozambique 6 – 10 septembre 2019

C’était avec grande joie et ferveur que les malgaches ont accueilli le Pape François. Il y avait environ un million de personnes venant de tous les diocèses de l’ile pour la célébration eucharistique du dimanche 8 septembre à Antananarivo.
C’est la deuxième fois dans l’histoire que le Saint-Père est venu à Madagascar. Pape Jean Paul II a fait son voyage apostolique, il y a 30 ans, pour la béatification d’une femme laïque, Victoire RASOAMANARIVO. J’ai eu la grâce et la chance de rencontrer ces 2 Papes dans notre île et j’en remercie le Seigneur.

« SEMEUR DE PAIX ET D’ESPERANCE » est le thème de cette visite apostolique du Pape François à Madagascar. Dès qu’on savait que le Saint-Père viendrait nous visiter, vers le début de cette année, la Conférence Episcopale de Madagascar a invité tous les fidèles de l’église catholique à prier chaque jour pour cette intention.
Le Pape a eu diverses rencontres: avec les autorités, la société civile et le corps diplomatique; les évêques ; les prêtres et les personnes consacrées; les jeunes et les travailleurs de la Ville de l’Amitié AKAMASOA.

[av_gallery ids=’2484,2483′ style=’thumbnails’ preview_size=’portfolio’ crop_big_preview_thumbnail=’avia-gallery-big-crop-thumb’ thumb_size=’portfolio’ columns=’2′ imagelink=’lightbox’ lazyload=’avia_lazyload’ av_uid=’av-2lnr31′ admin_preview_bg= »]

Dans tous ses discours et son homélie, on voit et on sent que le Pape est un « Père » pour nous malgaches, il nous connait, il connait notre vie, notre vie quotidienne et celle de l’église, nos richesses et nos pauvretés … Ses messages et ses réflexions sont tous bien fondés pour construire et semer la Paix et l’Espérance en nous, dans notre famille, dans notre île et partout où nous sommes.

Le message du Saint-Père est basé sur trois points essentiels :

  1. Le « Fihavanana » « évoquant l’esprit de partage, d’entraide et de solidarité », qui est une Valeur fondamentale de notre culture malgache, inscrite même dans la Constitution de notre République de Madagascar. « Cela comprend également l’importance des liens familiaux, de l’amitié, et de la bienveillance entre les hommes et envers la nature. Ainsi se révèlent “l’âme” du peuple et ces traits particuliers qui le distinguent, le constituent et lui permettent de résister avec courage et abnégation aux multiples contrariétés et aux difficultés auxquelles il est confronté quotidiennement ». A plusieurs reprises, le Pape nous invite à vivre la fraternité qui valorise toujours le fihavanana, en favorisant le développement humain intégral, afin que personne ne soit exclu.
  1. Le respect de la nature: « Laudato sii » pour la beauté et la richesse naturelle de Madagascar en biodiversité végétale et animale. Le Pape nous invite à respecter et à protéger l’environnement. Notre pays souffre de la déforestation, des feux de forêt, de la coupe effrénée de bois précieux, des exportations illégales aux profit d’une minorité qui nuisent au développement du Pays et à l’épanouissement de l’homme. »Il ne peut pas y avoir de véritable approche écologique ni un travail concret de sauvegarde de l’environnement sans l’intégration d’une justice sociale qui accorde le droit à la destination commune des biens de la terre aux générations actuelles, mais également futures. »
  2. La lutte contre la corruption: Le Pape nous encourage à lutter avec force et détermination contre toutes formes endémiques de corruption, sources de l’inégalité sociale et de pauvreté inhumaine du pays. D’où la nécessité d’une participation active de chacun et de nous tous dans la vie de l’église et dans la vie sociale. « Il est donc important de créer des emplois et des activités génératrices de revenus qui respectent l’environnement et aident les personnes à sortir de la pauvreté. »

Voir le Pape toujours souriant et admirant tous ces gens qui étaient venus pour lui est un message d’espérance pour nous.  Il nous donne une grande joie et une force pour vivre la Foi.  Il nous encourage à vivre le « Fihavanana » et à aimer les pauvres.

  • Aux personnes consacrées, le Pape nous demande de rester toujours dans le cœur du Seigneur et dans le cœur du peuple. Et malgré nos misères et nos faiblesses, nous nous engageons de tout notre être dans la grande mission d’évangélisation.
  • Aux jeunes, le Pape a donné un message d’espérance, qu’ « Avec Jésus, il y a toujours de nouveaux horizons. Il veut tous nous transformer et faire de notre vie une mission. Mais il nous demande une chose : il nous demande de ne pas avoir peur de nous salir les mains ».

Ensemble avec le pape, soyons des semeurs de la foi, de l’espérance et de la paix sans jamais se décourager malgré les difficultés et la fatigue.

Je remercie le Seigneur et avec le Pape je prie pour notre pays « Soyons des semeurs de la foi, de la paix et de l’espérance dans cette terre. Que la lumière de l’espérance ne s’éteigne et que la Sainte Vierge nous accompagne et nous protège » .

 Voahangy

[av_gallery ids=’2502,2503,2504,2505′ style=’thumbnails’ preview_size=’portfolio’ crop_big_preview_thumbnail=’avia-gallery-big-crop-thumb’ thumb_size=’portfolio’ columns=’2′ imagelink=’lightbox’ lazyload=’avia_lazyload’ av_uid=’av-30nvj1′ admin_preview_bg= »]

Journées de formation et de spiritualité à Brescia

Une soixantaine de responsables (directrices, vice-directrices et conseillères) se sont réunies à Brescia, à la Casa Sainte Angèle, du 25 au 27 avril 2019, « pour progresser ensemble dans le cheminement formatif et spirituel ».

Les participants ont fait l’expérience de ce que la Présidente avait suggéré : « Unies ensemble,  nous avons partagé la grâce de la présence du Seigneur parmi nous, nous avons vécu la fraternité, nous avons trouvé soutien et aide pour vivre notre vocation et notre mission.  Nous rencontrer à Brescia, près de notre Mère, a été un grand don pour nous.

Claudia Ciotti, psychologue et psychothérapeute, nous a aidés à approfondir le thème : « Le courage du discernement personnel et communautaire, pour un chemin de fidélité au charisme ».

Le premier jour, elle a présenté le discernement communautaire : entre réalité spirituelle et dimension psychologique.

Elle a insisté sur le mot « courage » parce qu’il ne faut pas s’effrayer de l’effort que comporte tout discernement, communautaire et personnel, mais nous faire prendre conscience que nous ne pouvons penser arriver au bien absolu : ce serait une illusion qui nous bloque ! Il faut être réaliste.

L’objectif, cependant, est toujours  de se mettre à l’écoute de l’Esprit.

La projection d’une partie du film « Des hommes et des dieux » sur ce sujet et le travail de groupe nous ont permis ensuite de concrétiser dans notre vie  ce que nous avions vu et entendu .

Le deuxième jour, nous avons été amenées à  réfléchir sur le discernement personnel. Un « cœur à l’écoute » est nécessaire, car c’est seulement ainsi que nous pouvons discerner la volonté de Dieu. Chacune a ensuite eu la possibilité d’avoir un temps personnel mais ausssi d’un moment de partage dans la salle.

Nous remercions le Dr Ciotti pour le précieux chemin qu’elle nous a offert et que nous pouvons résumer ainsi : le discernement  » est la condition de vie du chrétien qui sait rester dans la tension du chemin vers le Royaume de Dieu, habitant la terre et vivant de foi « .

Le troisième jour nous a permis d’approfondir notre compréhension des ajouts aux Constitutions à travers le rapport de la Présidente (une copie a été envoyée aux directrices absentes) et de poser quelques questions concernant ces changements demandés par le Saint Siège. Chacune a reçu une copie du texte.

Chaque participante est rentrée chez elle enrichie …. à plusieurs niveaux. Nous remercions toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de ce projet.